La transformation numérique au service de la production des isotopes

Publié le 7 avril 2021
Andrew Thiele, Directeur au Conseil canadien des isotopes
Andrew Thiele
Directeur au Conseil canadien des isotopes
Retour aux perspectives

La notion d’isotope peut sembler complexe, voire intimidante, pour la plupart des lecteurs. Ces éléments sont toutefois utilisés à des fins bien précises dans plusieurs domaines essentiels, notamment pour diagnostiquer et traiter certaines maladies, comme le cancer. Cette semaine, Andrew Thiele, directeur, Conseil canadien des isotopes nucléaires, nous explique de quelle façon la transformation numérique joue un rôle déterminant dans le secteur de la production des isotopes au Canada.

De minuscules particules au potentiel énorme

En termes simples, les isotopes sont des atomes constitués d’un même nombre de particules positives, mais d’un nombre différent de particules neutres. Ce déséquilibre engendre une radiation utilisée de plusieurs façons. De la production d’énergie, à la mise à l’essai de produits industriels, en passant par la recherche en santé, les utilisations potentielles des isotopes semblent pratiquement infinies, dans un marché totalisant environ 17,6 milliards de dollars.

Depuis plus de 60 ans, le Canada occupe une position de premier plan en matière de recherche, de développement et de production d’isotopes médicaux et radiopharmaceutiques. Fondé en 2018, le Conseil canadien des isotopes nucléaires (Canadian Nuclear Isotope Council ou CNIC) a pour mission de s’assurer que le Canada demeure un chef de file dans ce domaine. La coalition s’engage également à garantir la stabilité de la chaîne d’approvisionnement en isotopes et veille à ce que les politiques gouvernementales régissant les matières nucléaires tiennent compte des données scientifiques et des facteurs de risque établis.

Plusieurs occasions de développement

Dans un récent rapport, la CNIC met en lumières les occasions et les enjeux observés à l’échelle de l’industrie et de la chaîne d’approvisionnement en isotopes. La coalition fait notamment état du manque de fournisseurs de rechange en contexte de perturbation des activités et du vieillissement des infrastructures. À titre d’exemple, au cours de la pandémie de COVID-19, le Canada est devenu l’unique producteur mondial d’Iodine-125, un isotope utilisé en médecine nucléaire pour l’imagerie et la radiothérapie, lorsque la Chine a dû interrompre sa production.

La logistique et un approvisionnement stable s’inscrivent également parmi les principaux enjeux entravant les activités du secteur des isotopes. Que ce soit pour la gestion du transport aérien ou la modernisation des infrastructures de production, le CNIC continue de chercher des solutions viables. Pour remédier à ces enjeux, les entreprises se tournent vers des fournisseurs de solutions d’automatisation et de gestion des systèmes afin d’assurer la continuité de leurs activités et de propulser le développement du secteur.

Une collaboration axée sur la modernisation

En contexte de développement, les fournisseurs technologiques comme Alithya aident les entreprises à mettre l’accent sur la transformation numérique et l’automatisation afin de moderniser le secteur des isotopes. Cette transition permet d’accroître l’efficacité et la sécurité des processus, en plus de réduire l’incidence des erreurs humaines, ce qui augmente la flexibilité de l’industrie. Dans cette optique, Alithya et le CNIC ont récemment formé un partenariat visant à repousser les limites de la recherche et du développement de nouvelles applications pour les isotopes.

Forte de son expérience acquise dans le cadre de nombreux projets d’ingénierie, de conception, d’essai et de simulation dans le secteur canadien des isotopes nucléaires, Alithya constitue un partenaire de choix pour les organisations souhaitant contribuer au maintien et à la modernisation de la chaîne d’approvisionnement en isotopes. Auprès des autorités et des décideurs, les partenariats comme celui formé entre Alithya et le CNIC démontrent l’importance d’investir dans un secteur aussi essentiel pour la médecine moderne.

« La vision d’Alithya consiste à contribuer au développement du secteur des isotopes médicaux afin d’offrir de meilleures solutions de traitement aux patients atteints d’un cancer, a déclaré George Halim, directeur, Activités d’engagement, Alithya.

Cette perspective s’inscrit dans les valeurs fondamentales de notre entreprise. En vertu de notre stratégie, nous souhaitons accroître notre empreinte au sein du secteur des isotopes médicaux et devenir un fournisseur de choix en matière de systèmes de contrôle et d’applications logicielles.

Dans le cadre de notre partenariat avec le CNIC, nos rencontres trimestrielles avec les membres de l’organisation et notre participation aux événements qu’elle tiendra à compter de 2021 nous permettront d’interagir avec des acteurs clés de l’industrie. Nous pourrons ainsi arrimer notre stratégie à celle de ce secteur florissant, ce qui nous aidera à faire entendre notre voix et à partager notre vision. Je me réjouis de ce partenariat et j’ai très hâte de réaliser de nouveaux projets avec le CNIC. »