L’esprit d’équipe… à la Alithya!

Publié le 1 octobre 2021
David Pye, Conseiller en communications
David Pye
Conseiller en communications
Retour aux perspectives

La pratique produit mise sur le soutien et la collaboration comme clés de la réussite

La pratique produit dynamique d’Alithya constitue un exemple supplémentaire de la façon dont l’entreprise se distingue dans un contexte concurrentiel. L’approche de la pratique en matière de partage des connaissances et de collaboration, qui soutient les Product Owners (PO) et les Product Managers (PM), est à la fois un système à sécurité intégrée et un outil d’amélioration du rendement qui permet à l’entreprise de se distinguer.

Pour mieux comprendre les rouages et les avantages de la pratique, nous avons invité trois Product Coaches à nous faire part de leur quotidien : Emmanuelle Raux, PO, Tara Lachapelle, PM, et Nicolas Demarteau, PM et Product Coach principal.

Quelle est la principale différence entre un Product Owner (PO) et un Product Manager (PM)?

Tara Lachapelle : Le Product Manager joue un rôle plus stratégique, car il évalue le produit de façon plus globale et travaille à l’échelle interdépartementale tout au long du lancement du produit et de son cycle de vie. Le PM demeure à l’affût du marché et de la concurrence, en veillant à ce que le portfolio et les feuilles de route du produit soient centrés sur la valeur ajoutée tant pour l’entreprise que pour les clients. Pendant qu’il travaille au sein de l’équipe de Scrum, le Product Owner représente également les intérêts du client en s’assurant que les produits finaux correspondent à la stratégie initiale et que celle-ci est maintenue tout au long de l’étape de développement du produit. Le PO fait le pont entre l’équipe de Scrum et le client.

Quel est le rôle d’un Product Coach dans ce contexte?

TL : Le Product Coach joue un rôle de soutien pour aider ses collègues PO et PM dans le cadre de leurs projets. Nous les accompagnons dans leur parcours d’apprentissage en partageant les techniques qui relèvent de notre expertise. Il ne s’agit pas nécessairement d’un rôle hiérarchique, mais plutôt d’un rôle de soutien pour faire rayonner les expériences et les techniques au sein de l’écosystème des produits. Plutôt que d’être des enseignants ou des mentors, nous aidons nos collègues à trouver des réponses par eux-mêmes. Il en va de même pour les produits : nous aidons les PO et les PM à définir la valeur de leur rôle et à mesurer le succès en fonction de leurs objectifs.

Pouvez-vous donner un exemple de la façon dont vous pourriez demander conseil?

Emmanuelle Raux : Lorsque j’ai développé mon tout premier Design Sprint, je me suis sentie très à l’aise de communiquer avec les Product Coaches qui possédaient une expérience dans ce domaine. Leurs conseils ont joué un rôle clé, et Tara a développé une feuille de calcul pour me fournir des recommandations et des lignes directrices. Nos collègues sont là pour répondre à toutes nos questions, ce qui nous inspire confiance et renforce notre base de connaissances. De plus, dans son rôle, Nicolas représente une remarquable source de conseils stratégiques lorsque vient le temps de travailler avec une variété de clients différents.

Image20211001134419

 
C'est bien connu, l'équipe produit dessine pas mal!

Comment décririez-vous les interactions et la chimie au sein de l’équipe?

TL : Chaque semaine, nous organisons une réunion au cours de laquelle nous réfléchissons sur différentes techniques et abordons les défis que nous rencontrons. Nous profitons donc d’une tribune pour partager nos expériences avec les autres. Nous communiquons aussi régulièrement ensemble pour obtenir des commentaires sur les différentes techniques et les approches appliquées à nos projets. Comme il n’y a pas de solution universelle, c’est bien de pouvoir échanger sur les différentes techniques qui peuvent s’appliquer à un contexte donné.

Puisque vous devez travailler en équipe, de quelle façon le travail à distance a-t-il influencé votre routine quotidienne?

Nicolas Demarteau : Je trouve le travail à distance très difficile. L’une de mes principales responsabilités dans le cadre de mon travail consiste à m’assurer que tout le monde saisit notre feuille de route stratégique et que les gens qui œuvrent au développement comprennent leur rôle. J’aime faire des dessins sur le mur et interagir avec les gens pour m’assurer qu’ils comprennent vraiment. D’un autre côté, c’est agréable de travailler à la maison en pyjama. J’ai aussi pu me procurer une tablette qui est devenue ma nouvelle meilleure amie. En général, le travail à distance rend toutefois mon quotidien plus difficile.

TL : Personnellement, j’adore le travail à distance. Alithya accorde d’ailleurs une certaine flexibilité aux employés, et c’est un élément important pour attirer et recruter des talents.

Avez-vous parfois l’occasion de travailler sur des projets internes avec vos pairs d’Alithya?

ER : Le premier Design Sprint que j’ai développé était destiné à un projet interne d’Alithya. Bien que ce type d’occasion se présente de temps à autre, j’aimerais travailler plus souvent avec des gens de notre communauté de pratique produit. Comme nous travaillons habituellement sur des contrats distincts, nous avons peu de temps pour vraiment pour collaborer, mais je pense que nous aimerions tous le faire plus souvent.

Quelles valeurs fondamentales adoptez-vous en tant qu’équipe?

ND : Trois grandes valeurs s’appliquent à notre travail : la transparence, la vérification et l’adaptation. Il s’agit des trois piliers du concept d’agilité. Vous devez être suffisamment transparent avec vos développeurs pour vous assurer de pouvoir tourner à gauche ou à droite à tout moment, si nécessaire. La vérification est liée à la notion d’introspection. Il s’agit d’examiner son propre travail, mais aussi la façon dont l’équipe progresse, dont le projet progresse et dont l’entreprise s’harmonise avec le marché. Si l’un de ces éléments n’est pas harmonisé, nous devons nous adapter et trouver un moyen de résoudre cet enjeu.

ER : Pour moi, l’adaptation s’applique directement à la communication. D’un client à l’autre, le type de communication souhaité peut varier considérablement. Certains clients veulent que vous travailliez de façon très autonome et vous rencontrent une ou deux fois par semaine pour s’assurer que vous êtes sur la bonne voie. D’autres veulent vous rencontrer tous les jours pour maintenir une exécution continue. Lorsque vous travaillez simultanément avec deux ou trois clients différents, l’adaptabilité est essentielle à la réussite du projet.

Au bout du compte, qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail à Alithya?

TL : J’adore voir l’approche produit et le concept d’agilité appliqués au sein de l’entreprise. Nous nous efforçons continuellement de nous adapter à nos réalités plutôt que d’essayer de forcer les choses. Tout évolue parfois très rapidement, comme on a pu le constater durant la pandémie, et dans le contexte où nous travaillons de concert avec différentes personnalités et réalités, la souplesse et la créativité constituent un atout. Nous prenons les situations comme elles viennent. J’aime aussi le fait que, même si Alithya est une grande entreprise, il y a une sorte d’ambiance d’entreprise en démarrage qui nous permet de vraiment nous impliquer dans la formation et la transformation de la pratique produit. J’adore participer à la définition de notre rôle et de la pratique au sein de l’entreprise.

ND : Il n’existe pas d’école consacrée aux spécialistes produit. Nous provenons tous de milieux différents et de parcours uniques. Ce qui est formidable avec Alithya, c’est que nous avons réuni des gens emphatiques, qui peuvent se mettre dans la peau de l’autre, au travail, avec les clients ou sur le plan technique. Sans cette capacité, une personne peut représenter un véritable obstacle à la réussite.

ER : L’une des choses que j’apprécie particulièrement dans mon travail en tant que Product Coach à Alithya, c’est que je n’ai jamais vu ce genre de poste ailleurs. Ce rôle ouvre la porte à de nouvelles occasions. D’ailleurs, je travaille sur un nouveau projet toutes les cinq ou six semaines. Chaque nouveau projet vient avec un contexte particulier, ce qui exige le développement d’une nouvelle mentalité. Je ne m’ennuie jamais à Alithya!