L’humain: l’essence de mon véhicule…émotionnel

Publié le 30 mai 2022
Annick Sénéchal, Directrice principale 
Annick Sénéchal
Directrice principale
Retour aux perspectives

Ce que j’aime de mon métier diversifié, c’est qu’il met en évidence l’humain dans chaque décision, chaque réflexion, chaque initiative, qu’elle soit technologique, affaire, financière, procédurale, relationnelle, communicationnelle, de rôles et responsabilité, etc. À chaque instant, à chaque mouvement, je dois toujours considérer les impacts possibles et les préoccupations, qu’ils soient actuels ou anticipés.  

Pour moi, « l’humain » est au cœur de chaque changement et il mérite toute notre attention, car aucun des domaines ne peut trouver son assise sans le soutien, la collaboration, l’acception ou l’expérimentation de cet humain. 

Mon parcours académique a d’ailleurs toujours tourné autour du comportement humain.  

J’ai d’abord, complété une technique administrative avec une spécialisation en assurances parce que je souhaitais avoir le plaisir d’offrir aux clients les bons produits avec la prime juste et compétitive. Ce domaine me permettait de naviguer autour de l’expérience-client et de l’aspect légal et juridique. Bien que le terme ne fût pas d’actualité à cette époque, l’expérience-client alimentait toutes mes réflexions et mes décisions. 

Après quelque temps dans le domaine, j’ai eu envie de poursuivre vers des études universitaires, puis professionnellement, vers le domaine de la santé et des services sociaux. Comme mon champ d’intérêt s’ouvrait vers la gestion, il fut simple et surtout évident de choisir tant la gestion des ressources humaines comme angle de formation et de perfectionnement que comme profession. Mon « humain » était donc toujours au centre de mes ambitions et de mes intérêts.  

J’ai choisi le domaine d’études parfait pour moi, car il m’a amené à m’émerveiller devant chaque jour où la gestion, même en de simples gestes, s’est présentée à mon quotidien. Voilà pourquoi je suis toujours à parfaire mon champ de connaissances et de compétences, encore aujourd’hui, tant au deuxième cycle à l’université qu’en amélioration continue avec diverses certifications, dont la plus récente avec Agile People.  

Une journée type

Mes journées sont assez occupées, mais oh combien nourrissantes et divertissantes. Je peux jongler entre une rédaction d’offre de services, répondre à un appel d’intérêts en passant par la gestion d’une affectation, que ce soit par le biais d’échanges variés avec nos mandataires, de même qu’avec mes conseillers/conseillères en mandat, ou discuter des intérêts futurs avec des candidats/candidates d’ici et d’ailleurs, tout en offrant un conseil stratégique, tactique ou opérationnel à un client.  

De plus, mon équipe a parfois besoin d’un œil externe sur leurs mandats, ou encore, des suggestions d’interventions. C’est mon travail de leur répondre, de les conseiller et de les accompagner dans leur travail. 

J’ai l’honneur et le plaisir d’être responsable d’une équipe de plus de 50 conseillers/conseillères. Chaque humain qui en fait partie a une personnalité qui lui est propre et une spécialisation unique dans son approche. Voilà pourquoi, c’est un réel enchantement pour moi de voir les nouveaux et les anciens employés partager les valeurs humaines d’Alithya, qui sont également miennes ; telles que le respect, la passion, la confiance, l’intégrité et la créativité.  

Mon équipe est absolument extraordinaire, tant les gestionnaires qui m’entourent que les conseillers/conseillères qui sont en réalisation de mandats auprès de différentes entreprises. Ma fierté est grande de les côtoyer au quotidien et de voir leur savoir colorer le quotidien de nos clients. Comme ils sont souvent dans l’ombre, leur service-conseil s’élève à la réussite de projets d’envergure. Nous pouvons célébrer de grandes réalisations en transformation et en changement organisationnel. L’ingéniosité de leur vision humaine me donne confiance en l’avenir individuel et collectif.  

En tant que gestionnaire, je mets un devoir d’accorder toute son importance à chaque situation, mais surtout à chaque humain de mon équipe. Les interactions humaines sont primordiales dans mon travail, et compte tenu d’une nouvelle accessibilité virtuelle, la technologie joue en faveur de ma disponibilité !  

Puisque je veux favoriser un environnement de bien-être, je me donne l’objectif que chaque personne se considère comme la plus importante de ma journée. Je m’assure donc que chaque moment passé soit synonyme d’écoute, de respect et d’ouverture. 

Comme le titre le dit si bien : l’humain est l’essence de mon véhicule … émotionnel. Si je n’ai pas ce carburant, je n’ai pas la passion ni le courage managérial de prendre des décisions qui auront un impact réel sur le bien-être de mon équipe et ainsi, sur les projets que nous menons de front.   

La gestion du changement : connaître sa sensibilité aux résistances 

La gestion du changement, la transformation et le changement organisationnel sont tous des sujets d’actualité dans le domaine des technologies de l’information, et bien évidemment, chez Alithya.  

Bien qu’il s’agisse de sujets qui sont maintenant intégrés dans l’univers collectif des TI et des affaires, il importe d’en vulgariser le contenu pour en assurer une compréhension et une adhésion à toutes les dimensions. 

Outre la qualité de nos services comme conseiller/conseillère, il importe de se connaître soi-même pour interagir avec les changements qui s’opèrent, certes dans les TI, mais aussi dans la vie des gens. Il s’agit avant tout de reconnaître comment on se sent face à un changement, d’en accepter et d’en légitimer la sensibilité et l’authenticité.  

En des termes simples, tout changement crée un écart entre la situation nouvelle et la situation passée. Voilà pourquoi les étapes du changement font référence au deuil, car l’état passé n’existe plus et ne reviendra plus. Chaque étape fait place à une nouvelle émotion. Un ressenti émerge en fonction d’un nouvel état émotionnel et nous porte vers l’intégration de ce changement.   

Pour faire face à une nouvelle situation, on doit d’abord tenter de positionner notre émotion. Eh oui ! La connaissance sur soi est essentielle pour bien interpréter le changement sur autrui.  

Il importe de se laisser le temps d’apprécier ce qui se passe en nous avant l’autre. Cette connaissance sur soi est essentielle à l’analyse de la situation afin de ne pas biaiser l’analyse.  Bien sûr, chacun va à son propre rythme, voilà pourquoi la bienveillance est primordiale, car elle offre l’espace pour apprécier les résistances qu’il ne faut surtout pas taire.  

Les étapes du changement, régulièrement imagées sous la forme d’une courbe, sont souvent apparentées à la courbe du deuil. Tout être humain aurait, à mon humble avis, avantage à la connaitre. Elle n’est pas compliquée à comprendre et elle peut faire naître un sentiment de bien-être intérieur, car elle ramène à la normalité d’un état émotionnel et légitime, soit l’acceptation des résistances intérieures. 

L’année dernière, j’ai eu à faire le deuil de ma mère. Un décès soudain, sans explications et à un trop jeune âge « pour moi ». Le temps de dire « quoi ! » et le monde autour de moi avait complètement changé. Je ne suis pas la première à qui cela arrive, me diriez-vous, mais « pour moi » ce changement n’avait pas à arriver aussi tôt dans « ma vie » et aussi dramatiquement « pour moi ».  

Ce « pour moi » est très personnel car je suis la seule à le vivre ainsi, mais je ne suis pas la seule à vivre le choc, à être en colère, à chercher les paramètres pour l’accepter. Seulement, je ne le vis pas au même moment que les autres humains qui m’entourent. Le deuil, tout comme le changement, est unique car il est personnel. 

Vous l’avez sans doute remarqué, je n’ai pratiquement pas parlé du monde des TI! Et j’ai même osé nommer un sujet lourd et personnel. 

C’est ce que représente « pour moi » la gestion du changement, qu’elle soit en TI ou autres. Cela fait d’abord et avant tout référence au relationnel, à l’émotif, au personnel, à l’unique et à l’action dirigée pour faciliter la transition d’un état actuel à un état futur, qu’il soit désiré ou non « pour moi » et « pour les autres ».  

Mon rôle de directrice principale en gestion du changement pour les services professionnels de la transformation et du changement organisationnel me pousse bien évidemment à analyser chaque situation avec mes différentes façons d’interagir et de réagir,

La connaissance sur moi-même me permet tout simplement d’accompagner les gens qui m’entourent, à vulgariser ce qu’ils sont en train de vivre, sans être moi-même une barrière au changement.