Un nouveau défi outre-mer

Publié le 28 mars 2022
Érik Munk-Jakobsen, Développeur Java
Érik Munk-Jakobsen
Développeur Java
Retour aux perspectives

Mon nom est Erik Munk. Je travaille chez Alithya depuis 2018. Plus précisément, pour Alithya France, jusqu’à tout récemment. J’ai décidé de sauter à pieds joints sur l’occasion de relever mes prochains défis professionnels et de me réaliser sur de nouveaux projets dans l’équipe d’Alithya Canada. La transition a été douce, mais j’ai évidemment remarqué un choc culturel assez important avec la vie en France. Je vous raconte ma petite histoire ainsi que le processus qui a été mis en branle autour de moi pour faciliter mon arrivée à Montréal.  

Mon parcours chez Alithya 

L’humain aime les défis, c’est dans sa nature. Personnellement, je m’adapte bien au changement. C’est donc après 3 ans sur la même mission, d’abord en tant que développeur de projet pour ensuite devenir Tech Lead, que j’ai senti un besoin de renouveau. Je voulais un nouveau mandat professionnel. J’ai alors fait part de mes intentions à l’équipe des ressources humaines d’Alithya France.. C’est ce qui m’a amené à Montréal au début de l’année 2022. Mon mandat, ici, c’est d’aider à la modernisation des technologies d’une compagnie dans le domaine financier. 

Comment s’est déroulé mon processus d’échange? 

J’ai eu la chance d’être super bien accompagné tout au long du processus et d’avoir un suivi exceptionnel. J’ai reçu un service 5 étoiles. Alithya n’a pas seulement piloté toute l’administration légale pour que j’obtienne un permis de travail et un numéro d’assurance sociale, mais bien l’ensemble de la gestion de mon déménagement. 

Une première fois au Canada 

Comme c’était ma première fois à Montréal, et même au Canada, j’ai pu découvrir les différents quartiers et attraits de la ville avec cette personne. Je me suis donc approprié Montréal afin de m’y sentir chez moi. Je ne vous cacherai que le plus gros défi, dans ce changement, c’est de quitter sa famille et ses amis pour partir rejoindre l’inconnu. Une visite de mon nouveau milieu de vie était nécessaire pour mon adaptation. 

Je n’ai que de bons mots à dire sur le processus d’échange, qui est bien rodé. Je n’ai jamais été laissé à moi-même, ce qui facilite grandement mon intégration au pays. Je peux ainsi mieux me concentrer à bien faire mon travail.  

Une adaptation en douceur  

Comme je le disais plus haut, le fait d’être bien accompagné m’a permis de m’adapter plus facilement. Par contre, je ne connaissais personne ici. Mes collègues ont vite fait de m’accueillir à bras ouverts et de m’intégrer parmi les leurs. L’équipe étant 100 % en télétravail, on saute sur toutes les occasions pour faire des sorties et des activités ensemble. Je me sens bien et heureux d’avoir trouvé des confrères qui sont devenus des amis. Le Québec a la réputation d’être accueillant : j’en ai eu la preuve!  

Mes conseils pour les futurs arrivants au Canada 

La préparation est le secret. D’abord, il faut planifier sa venue (l’hiver, ou l’été?). Si vous arrivez durant la saison froide, je vous conseille d’apporter des vêtements chauds. Mais même vos habits les plus chauds ne le seront pas assez. Vous devrez prévoir une séance de magasinage une fois ici! L’air est très frais, c’est une adaptation en soi. Personnellement, je n’ai jamais eu de problème avec ces températures, donc je n’ai pas eu de difficulté de ce côté.  

De plus, c’est important de garder contact avec la famille et les amis. On s’ennuie et eux aussi, mais une discussion quotidienne pour savoir comment ils vont, ça fait du bien! Je parle à mes proches tous les matins, environ 15 minutes. Je prends des nouvelles et je m’informe, ça me permet de les avoir plus près de moi.  

Le Québec est chaleureux! L’entreprise pour laquelle je travaille est elle aussi accueillante et aidante. N’ayez pas peur de plonger et de venir y travailler vous aussi!  

Les surprises de mon arrivée : un vrai choc culturel!  

C’est fou comment les habitudes changent d’une culture à une autre. J’ai été un peu étonné par quelques trucs à mon arrivée. J’en ai dressé une liste :  

  1. La journée du grand déménagement : Ici, j’ai appris que le 1er juillet, c’est le jour où tous les gens qui ont à se reloger le font. Les rues de Montréal sont bondées de camions et une frénésie est palpable. J’ai hâte de voir ça! 

  2. La règle des bâtiments : Montréal est une métropole, mais elle n’a pas la même impression de grandeur que des villes comme Paris ou Lyon. Je la comparerais plutôt à Nice. Je pense que c’est en raison de la hauteur des immeubles. Il y a en effet une loi pour limiter la hauteur des constructions afin de ne jamais dépasser le Mont-Royal.
     
  3. La grande ville : Je n’avais jamais habité une grande ville comme Montréal. J’ai toujours vécu en banlieue ou en campagne, mais je m’y plais bien! J’aime la proximité. Je souhaite me rendre prochainement aux Grands Lacs, mais aussi, visiter Toronto, Vancouver et Québec. D’ailleurs, c’est inhabituel de voir le nom d’une ville qui est le même que celui de la province. Ce sont des destinations qui sont plus près qu’elles ne l’étaient avant mon déménagement, je compte bien profiter de mon arrivée au Canada pour découvrir ce beau pays!